Communiqués de presse

COMMUNIQUÉ | Illumination de la préfecture aux couleurs de la République

 
 

En réponse à certaines interrogations, le préfet de Loir-et-Cher tient à préciser que l'éclairage de la façade de la préfecture aux couleurs de la République, initié depuis le 14 juillet 2021, respecte l'ensemble des dispositions réglementaires en vigueur ce jour.

Cet éclairage répond notamment scrupuleusement aux dispositions de l'arrêté du 27 décembre 2018 relatif à la prévention, à la réduction et à la limitation des nuisances lumineuses auquel il doit se conformer aux termes du -b- de l'article premier.

Ainsi, commandé par une horloge astronomique, le dispositif se déclenche au coucher du soleil et s'éteint à minuit, soit une heure avant l'heure limite prévue au II de l'article 2 de l'arrêté (modifié en mai 2019 sur ce point).

Par ailleurs, cet éclairage a été installé par la société NLX, basée à La-Chapelle-Vendômoise et spécialisée notamment dans l'illumination des façades des bâtiments remarquables. Il a été conçu et posé par des professionnels qui ont veillé à "limiter et réduire les nuisances lumineuses, notamment les troubles excessifs aux personnes, à la faune, à la flore et aux écosystèmes" conformément au I de l'article 3 de l'arrêté (modifié, lui, en décembre 2019).

L'éclairage retenu est de type LED (très économe en énergie), posé au sol à 1m50 de la façade et orienté vers elle afin de limiter au maximum l'impact du faisceau lumineux, quand bien même celui-ci est déjà de faible rayonnement. A ce sujet, s'agissant de l'éclairage d'une façade, aucune limite de température, ni aucune densité surfacique de flux lumineux n'a de valeurs limites à respecter (II de l'article 3 et article 4 de l'arrêté non applicables à la mise en lumière du patrimoine visé au -b- de l'article premier).

Avant de décider de la mise en place de ce dispositif destiné à promouvoir les valeurs de la République, le préfet s'était, comme il le fait avant toute décision qu'il a à prendre, assuré de la conformité au droit de ce dispositif, et ne peux que regretter ces polémiques, aussi infondées qu'inutiles, sur les réseaux sociaux.