Sécheresse

 

La sécheresse (ou sècheresse) est l'état normal ou passager du sol et/ou d'un environnement, correspondant à un manque d'eau, sur une période significativement longue pour qu'elle ait des impacts sur la flore naturelle ou cultivée, la faune sauvage ou les animaux d'élevage. Sécheresse ne doit pas être confondu avec aridité. Une région aride peut connaître des épisodes de sécheresse.

Ce déficit hydrique est épisodiquement naturel et peut être amplifié par l'émission humaine de gaz à effet de serre. Il fait suite à un déficit pluviométrique inexpliqué, sur de longues périodes durant lesquelles les précipitations sont anormalement faibles ou insuffisantes pour maintenir l'humidité du sol et l'hygrométrie normale de l'air. Il peut être aggravé ou expliqué par des pompages, une baisse du niveau de la nappe phréatique, l'érosion et la dégradation des sols, une augmentation de l'évapotranspiration induite par des plantations consommatrices d'eau (peupliers, maïs).

Les principaux éléments du nouvel arrêté « cadre sécheresse » 2022 sont les suivants :

- déclenchement des mesures : la logique de « zone d’alerte », qui correspond au bassin versant d’un cours d’eau, est maintenue. À chaque zone d’alerte est associée une station de mesure de débit de référence, ainsi qu’un ensemble de seuils en débit pour le déclenchement des mesures de restriction ;

- le découpage du territoire départemental en zones d’alerte est complété, pour correspondre à la réalité hydrographique du Loir-et-Cher, soit 15 zones d’alerte.

Si la nappe de Beauce (avec des usages exclusivement agricoles et gérés par ailleurs par les règles du SAGESchéma d'aménagement de gestion des eaux Nappe de Beauce) reste exclue du champ d’application de l’arrêté-cadre, le périmètre du SAGESchéma d'aménagement de gestion des eaux Nappe de Beauce est couvert par de nouvelles zones d’alerte, pouvant entraîner notamment des mesures de restriction sur les usages à partir des réseaux d’eau potable ;

- logique de la maille communale : un travail de concordance entre les zones d’alerte et les territoires communaux a été effectué, afin qu’une commune ne soit incluse que dans une et une seule zone d’alerte, à l’exception de la commune de Blois (secteurs Nord et Sud Loire situés sur deux zones d’alerte différentes), et de la commune déléguée de La Colombe (située intégralement sur une zone d’alerte différente du reste de la commune nouvelle de Beauce-la-Romaine) ;

- les seuils d’alerte : à partir de trois niveaux de débits à savoir ; le débit de seuil d’alerte (DSA), le débit d’alerte renforcée (DAR) et le débit de crise (DCR). Les restrictions associées sont graduées en fonction de ces seuils.

Est rajouté un niveau de vigilance, en l’application de directives nationales. Ce niveau n’entraîne pas de mesures de restriction des usages. Il pourra être déclenché, sur décision préfectorale, en sortie d’hiver et en fonction des perspectives hydrologiques et climatiques (niveau des nappes, pluviométrie et températures prévisionnelles, état du réseau ONDE, etc.). Le niveau de vigilance consistera en des mesures de communication auprès des usagers, en amont d’une potentielle crise sécheresse.

> Gravité - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,13 Mb

Schéma Gravité

Les 15 zones d’ alerte du Loir-et-Cher et leurs stations de référence associées :

Code zone nodale Zone d’alerte Station de référence DSA
 
DAR
 
DCR
 
NORD LOIRE
Agr L’Aigre L’Aigre à Romilly-sur-Aigre 0,25 0,19 0,14
Lr2 Loir amont Le Loir à Villavard 3 2,5 2
Lr1 Loir aval Le Loir à Durtal 5,5 4,5 4
Lr2 La Braye La Braye à Valennes 0,35 0,3 0,25
Lre2 La Brenne * La Brenne à Villedômer 0,33 0,3 0,21
Lre3 Affluents Loire amont L’Ardoux à Lailly-en-Val 0,05 0,035 0,02
Mv Les Mauves Les Mauves à Meung-sur-Loire 0,5 0,45 0,34
Cis La Cisse amont La Cisse à Coulanges 0,4 0,29 0,25
Lre2 Affluents Loire aval La Cisse à Nazelles-Négron 0,6 0,48 0,36
SUD LOIRE 
Lre2 La Masse * La Brenne à Villedômer 0,33 0,3 0,24
Lre3 Le Beuvron Le Beuvron à Montrieux-en-Sologne 0,125 0,11 0,095
Lre3 Le Cosson Le Cosson à Chailles 0,45 0,36 0,27
Ch1 Le Cher Le Cher à Selles-sur-Cher 7 6,25 5,5
Sau La Sauldre La Sauldre à Pruniers-en-Sologne  1,5 1,3 1,25
Fz Le Fouzon Le Fouzon à Meusnes (Gué au loup) 0,7 0,6 0,49

- évolution majeure par rapport au précédent arrêté-cadre de 2013 : les eaux superficielles et les eaux souterraines sont prises en compte pour les restrictions d’usage.

En particulier, les usages à partir du réseau d’eau potable entre ainsi dans le champ d’application des mesures de restriction.

Pour l’usage agricole, une mesure de restriction particulière est envisagée en cas de dépassement du seuil DCR, pour l’irrigation à partir de ressources souterraines (hors gestion particulière de la nappe de Beauce).

Pour le détail des mesures, se reporter à l’arrêté préfectoral cadre sécheresse du 21 avril 2022.

- Principe de déclenchement des mesures de restriction selon les niveaux d’alerte :

Le franchissement à la baisse par les débits des cours d’eau des seuils de référence est constaté par arrêté préfectoral dès lors que le débit journalier de la station de référence est inférieur ou égal pendant 3 jours consécutifs à l’un des seuils définis à l’article 5 de l’arrêté préfectoral cadre sécheresse du 21 avril 2022.

Les mesures de limitation ou de suspension sont prises selon le niveau d’alerte considéré et selon les dispositions de l’article 6 de l’arrêté préfectoral cadre sécheresse du 21 avril 2022.

Tous les arrêtés préfectoraux de restriction des usages de l’eau liés à la sécheresse sont consultables sur le site PROPLUVIA :

http://propluvia.developpement-durable.gouv.fr/propluvia/faces/index.jsp

Pour les prélèvements en nappe de Beauce :

La nappe de Beauce concerne 5 départements, et 2 régions (Centre-Val de Loire et Ile de France).

Annuellement la préfète de région Centre-Val de Loire adresse à chaque préfet de département concerné les instructions et consignes pour la prise d’un arrêté cadre de restriction des usages de l’eau pour la nappe de Beauce en cas d’alerte ou de crise hydrologique.

Elle fournit ainsi les orientations auxquelles doivent se conformer les arrêtés cadres départementaux spécifiques à cette nappe, pris au titre des articles R. 211-66 à R. 211-70 du code de l’environnement. Les mesures coordonnées ainsi proposées, complètent celles qui concernent la définition des volumes prélevables annuels pour l’irrigation dans le complexe aquifère de Beauce et ses cours d’eau tributaires, selon les règles fixées par le SAGESchéma d'aménagement de gestion des eaux de la nappe de Beauce et des milieux aquatiques associés approuvé le 11 juin 2013.

 

...